Vers une nationalisation d’ArcelorMittal après 32 morts dans une mine

ArcelorMittal est la « pire entreprise de l’histoire du Kazakhstan », d’après le président kazakh. Un nouvel accident sur un site du géant mondial de l’acier a coûté la vie à au moins 32 mineurs. Suite à ce drame, le Kazakhstan et l’entreprise ont annoncé ce samedi la signature d’un accord préliminaire pour nationaliser la filiale locale du géant mondial de l’acier. 

« Le gouvernement a conclu un accord préliminaire avec les actionnaires d’ArcelorMittal Temirtaou et finalise la transaction pour transférer la propriété de l’entreprise en faveur de la République du Kazakhstan », a annoncé le Premier ministre dans un communiqué après cet accident dans la mine Kostenko à Karaganda, dans le centre de cet immense pays d’Asie centrale.

23 mineurs toujours sous terre

Le gouvernement kazakh a indiqué dans un communiqué séparé « mener des travaux pour récupérer le contrôle de l’entreprise au profit du Kazakhstan » et « ne pas envisager de la transférer à d’autres investisseurs étrangers ».

« A 16 heures locales (12 heures, heure française) les corps de 32 personnes ont été retrouvés dans la mine Kostenko, la recherche de 14 mineurs se poursuit », a annoncé le ministère des Situations d’urgence dans un communiqué.

Les normes de sécurité et environnementales

Immédiatement après l’annonce du drame, le président du Kazakhstan Kassym-Jomart Tokaïev avait dans un communiqué ordonné de « mettre fin à la coopération » avec le groupe. Le dirigeant kazakh s’est rendu à la mi-journée sur les lieux du drame, d’après l’administration présidentielle. La filiale kazakhe d’ArcelorMittal, l’un des leaders mondiaux de la sidérurgie et de l’exploitation minière, est régulièrement accusée par les autorités de ne pas respecter les normes de sécurité et environnementales.

Plus tôt, l’administration régionale avait fait état d’un incendie cette nuit dans cette mine, où 40 secouristes ont été envoyés sur place, ainsi que le ministre des Situations d’urgences Syrym Charipkhanov. Il s’agit du pire accident minier au Kazakhstan depuis 2006, où 41 mineurs avaient perdu la vie dans un site d’ArcelorMittal et le deuxième accident mortel en deux mois sur un site du groupe, après la mort de cinq mineurs mi-août dans la même région.

Le « caractère systémique » des accidents

ArcelorMittal opère une quinzaine d’usines et de mines dans cette zone industrielle extrêmement polluée de cette immense ex-république soviétique riche en ressources naturelles. Le gouvernement kazakh a ces derniers mois dénoncé le « caractère systémique » des accidents impliquant le groupe, qui ont coûté la vie à « plus de cent personnes depuis 2006 ».

Le Kazakhstan, première économie d’Asie centrale, regorge de pétrole, de gaz, mais aussi d’uranium, de manganèse, de fer, de chrome et de charbon. Les accidents de mine sont assez fréquents dans les pays de l’ex-Union soviétique en raison à la fois de la vétusté des installations et du laxisme en matière de sécurité.

Comments

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *