Un nouveau recours des opposants après la visite de Greta Thunberg

Greta Thunberg est repartie samedi, mais les opposants à l‘A69 entre Toulouse et Castres (Tarn) n’ont pas flanché. Comme la veille, de nouveaux incidents ont éclaté dimanche à Saïx, dans le Tarn, entre les militants opposés à l’autoroute et les forces de l’ordre. Ces dernières ont fait un usage massif de gaz lacrymogène pour évacuer, pour le troisième jour d’affilée, une voie ferrée qui longe « Crémarbre ». Cette zone, dont le propriétaire est en cours d’expropriation, abrite des arbres centenaires dont les opposants veulent empêcher l’abattage, notamment en grimpant dans les branches.

Selon l’AFP, les gendarmes ont effectué dimanche au moins une dizaine de tirs de gaz lacrymogènes, saturant l’air de fumée blanche irritante, et une bonne centaine de manifestants. « Ce chemin doit rester libre d’accès pour les riverains », a rappelé dimanche soir Michel Vilbois, le préfet du Tarn, précisant que « l’expulsion de ces individus du terrain illégalement occupé interviendra dans les prochains jours ».

Nouveau bras de fer sur l’abattage d’arbres

Après la venue de Greta Thunberg, qui a relancé l’intérêt médiatique pour un mouvement de protestation qui semblait s’essouffler, le président socialiste du conseil départemental du Tarn, Christophe Ramond, a dénoncé un « cirque » et affirmé une fois de plus que cette autoroute est une « absolue nécessité pour désenclaver » le département et « soutenir » son économie, ce que les écologistes contestent.

Mais les opposants l’autoroute A69 occupent aussi le terrain judiciaire. Samedi, ils ont déposé un nouveau recours en urgence contre l’abattage des arbres de la « Crémarbre ». Ils soupçonnent le concessionnaire de vouloir les couper d’ici au 15 février alors que, selon eux, la réglementation environnementale ne permet de défricher la zone avant le 1er septembre.


Posted

in

by

Tags:

Comments

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *