Tout juste sacré, Serge Aurier insulte un influenceur ivoirien (et toute sa famille) dans un live Instagram

C’était écrit, les scènes de liesse dans le vestiaire ivoirien, dimanche soir à Abidjan, après l’ultime succès (2-1) contre le Nigeria, allaient être à la hauteur de la consécration inespérée des Éléphants lors de cette CAN 2024 à la maison. C’était mal connaître Serge Aurier, qui a profité d’un live Instagram pour surtout insulter copieusement un influenceur ivoirien.

Il faut dire que ce dénommé Johnny Patcheko, qui compte 209.000 abonnés sur sa chaîne YouTube, avait dézingué dans une vidéo la sélection de Côte d’Ivoire (avec insultes dans le package) après le désastre face à la Guinée équatoriale (0-4) au premier tour de la compétition.

En cliquant sur« J’accepte », vous acceptez le dépôt de cookies par des services externes et aurez ainsi accès aux contenus de nos partenaires.

Plus d’informations sur la pagePolitique de gestion des cookies

Alors forcément, avec une deuxième Coupe d’Afrique des nations en poche après l’édition 2015 aux côtés d’Hervé Renard, Serge Aurier n’allait pas le manquer. Le latéral droit de 31 ans s’est donc lancé dans une prestation qui rappellera aux supporteurs du PSG le fameux « fiottegate » de 2016, lorsqu’il s’en était pris à son entraîneur de l’époque Laurent Blanc sur feu Periscope.

« Johnny Patcheko, ta grand-mère, ta mère-grand matin, midi, soir, ta maman, a subtilement glissé en accroche le nouveau joueur de Galatasaray. Viens maintenant on va parler. Je suis deux fois champion d’Afrique fils de pute. »

Appuyé par ses partenaires Seko Fofana et Nicolas Pépé, à peine moins vulgaires, Serge Aurier a enchaîné : « Connecte-toi, on va parler toi et moi, viens avec ta chemise rose de clandestin. » Et ce avant de lui montrer le trophée et d’enchaîner en dansant avec ses coéquipiers sur le fameux Coup du marteau. Pas certain que Johnny Patcheko ait fait partie des guests lors de l’interminable after qui s’annonçait pour la sélection ivoirienne, la nuit dernière à Abidjan.


Posted

in

by

Tags:

Comments

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *