L’ex-Premier ministre Boris Johnson rejoint la chaîne GB News

L’ancien chef du gouvernement britannique Boris Johnson va rejoindre l’année prochaine la chaîne conservatrice GB News, où il jouera un « rôle clé » dans la couverture des élections britannique et américaine. Boris Johnson, 59 ans, poussé à la démission à l’été 2022 après une série de scandales au premier rang desquels celui des fêtes à Downing Street en violation des règles anticovid, rejoint plusieurs figures du parti conservateur sur la chaîne, qui se présente comme un porte-étendard de la liberté d’expression.

Le chef du gouvernement de 2019 à 2022, qui a fait sortir le Royaume-Uni de l’Union européenne, présentera une série d’émissions qui « exposeront le pouvoir de la Grande-Bretagne à travers le monde », ainsi que des programmes en public, a annoncé vendredi la chaîne. « GB News est une chaîne rebelle avec un public fidèle et en augmentation », a déclaré Boris Johnson, « ravi » à l’idée de livrer « ses opinions franches sur les affaires du monde ».

« Un incroyable talent »

Le directeur éditorial de la chaîne Michael Booker a évoqué l’ « immense » fierté de la chaîne que Boris Johnson, « Premier ministre le plus influent de notre génération » et « journaliste d’un incroyable talent », rejoigne la « famille » GB News. Après sa démission de son poste de député en juin après qu’une enquête a conclu qu’il avait menti au Parlement dans ses explications sur le « partygate », Boris Johnson avait repris la plume en tant qu’éditorialiste au très conservateur Daily Mail, en plus de ses lucratives activités de conférencier.

Avant de se consacrer à la politique, comme maire de Londres et dans plusieurs gouvernements, Boris Johnson avait commencé comme journaliste stagiaire au Times grâce à des relations familiales. Il en avait été rapidement congédié pour une citation inventée. Il était devenu en 1989 correspondant à Bruxelles du Daily Telegraph, où il étrillait les institutions européennes, avant de devenir chroniqueur politique à Londres pour le quotidien conservateur et le magazine The Spectator.

Coutumière des polémiques depuis son lancement en juin 2021, GB News a été à plusieurs reprises épinglée par le régulateur britannique des médias, l’Ofcom, pour des manquements à son devoir d’impartialité.

Comments

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *