Le père de Mohammed M. dit « condamner » l’acte de son fils

Le père du meurtrier de Dominique Bernard, professeur de français poignardé à mort le 13 octobre à Arras, a dit « condamner » le geste de son fils Mohammed dans un entretien accordé vendredi à l’AFP depuis l’Arménie, où il séjourne depuis « une semaine ».

Par téléphone, Yaqoub M. a expliqué en français vouloir faire entendre sa voix et présenter ses « condoléances » à la famille de l’enseignant, tué lors d’une attaque au couteau menée par son fils.

« J’ai été très choqué et je condamne cet acte », a-t-il affirmé. « Tuer, c’est contre les règles de l’islam », a-t-il insisté, lui qui se décrit comme « très pratiquant » mais « pas radicalisé ».

Fiché S pour radicalisation islamiste, tout comme son fils, Yaqoub M. avait été expulsé de France en 2018 vers la Russie où il est resté un an. Originaire d’Ingouchie, il a ensuite rejoint la Turquie deux ans durant, puis la Géorgie pendant deux ans avant de venir en Arménie.

Il en veut à la France qui, à ses yeux, « pratique une politique de provocation avec les caricatures du prophète Mahomet » et plus récemment avec « l’interdiction de l’abaya » dans les collèges et du hijab. « La France déteste l’islam (…), elle n’essaie pas de régler les problèmes », a-t-il ajouté.

« Trois fils en prison »

Il fait le constat amer de sa famille « séparée » avec ses « trois fils en prison » en France et sa plus jeune fille placée par les services sociaux.

L’aîné des garçons a été condamné à cinq ans d’emprisonnement, en 2023, pour ne pas avoir dénoncé un projet d’attentat à Paris aux abords de la présidence de la République, dont il avait connaissance. Il a ensuite été condamné pour apologie du terrorisme. Mohammed, était fiché pour radicalisation islamiste depuis février 2021 suite à un signalement de l’Education nationale. Le cadet, âgé de 16 ans, est également en détention pour complicité dans l’attentat d’Arras. Quant à sa fille de 18 ans, le père de famille n’en parle pas.

Pour lui, ses enfants, qui n’avaient « pas de titre de séjour » en France, avaient été « ostracisés » lors de leurs études. C’est pourquoi, il avait décidé de scolariser sa fille dans une école privée musulmane.

« L’état mental de Mohammed n’a pas bien évolué »

Il a fait part des relations « violentes » avec son ex-femme – dont il affirme avoir divorcé – lui reprochant de n’avoir « pas réussi à contrôler les enfants ». Pour lui, « l’état mental de Mohammed n’a pas bien évolué » et il en fait porter la responsabilité sur son ex-femme.

Il émet l’hypothèse que son fils Mohammed ait « voulu trouver la mort » le jour de l’attentat à Arras. « Je veux dire toute la vérité », poursuit Yaqoub M., se disant « prêt » à répondre aux questions des enquêteurs français. Il a évoqué son impossibilité à se rendre en Russie, qui a délivré une fiche Interpol contre lui et où il dit risquer sa vie.

Comments

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *