La mère de 17 ans a reconnu avoir jeté son bébé à la poubelle, le père relâché

L’analyse ADN a confirmé ce que les enquêteurs savaient déjà. La jeune femme âgée de 17 ans interpellée jeudi dans le quartier Sarah Bernhardt est bien la mère du bébé retrouvé vivant dans une poubelle le vendredi 13 octobre. D’après le procureur de la République de Rennes, la jeune femme a reconnu qu’elle avait bien jeté son bébé dans un conteneur à proximité de son domicile. L’enfant tout juste né avait été secouru par les pompiers, alertés par une habitante qui avait entendu les pleurs du nourrisson. Les expertises avaient révélé que l’enfant était né « depuis quelques heures » au moment de sa découverte. Placé en garde à vue, le père de l’enfant a quant à lui été relâché.

Lors de son audition, la jeune femme originaire de Mayotte a expliqué aux enquêteurs le déroulé de sa terrible journée. « Elle savait qu’elle était enceinte depuis plusieurs mois et a reconnu qu’après avoir accouché dans sa chambre, elle avait mis le bébé dans un sac plastique puis dans un sac-poubelle qu’elle avait ensuite mis dans le conteneur poubelle à proximité de son domicile », a fait savoir Philippe Astruc. La mise en cause sera déférée ce samedi. Une information judiciaire pour tentative d’assassinat a été ouverte.

Les soignants ayant porté secours au bébé abandonné dans une poubelle l’ont prénommé Noah Briac Alban. – Avec l’autorisation du parquet de Rennes

Toujours en soins, le petit Noah Briac Alban souffre d’une fracture au niveau du crâne « dont l’origine ne peut être établie à ce jour », précise le parquet. Elle pourrait être la conséquence de la chute de plusieurs mètres dans le conteneur enterré qui était quasiment vide ce jour-là. L’enfant âgé de quelques jours a fait l’objet d’une ordonnance de placement provisoire et restera en soins jusqu’à un probable placement en pouponnière.

Le père relâché dans poursuites

Confondu par son ADN, le père de l’enfant a été laissé libre à l’issue de sa garde à vue et ne fait pour l’heure l’objet d’aucune poursuite. « Les investigations ont permis de vérifier qu’il se trouvait sur son lieu de travail au moment des faits », justifie Philippe Astruc. On ignore s’il était au fait de la grossesse de la jeune femme. Lors de sa garde à vue, cet homme âgé de 23 ans originaire de Mayotte avait expliqué avoir eu des relations sexuelles avec la jeune femme en début d’année.

Comments

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *