« Faire un effort »… Amélie Oudéa-Castéra justifie la réquisition des logements étudiants

Les épreuves d’aviron des Jeux olympiques de Paris n’ont pas encore commencé, mais les rames sont de sortie. Après que la ministre de l’Enseignement supérieur, Sylvie Retailleau, a annoncé, jeudi, que les étudiants qui se verront réquisitionner leur logement Crous durant les Jeux olympiques de Paris recevront une indemnité de « 100 euros » et « deux places » offertes pour assister à des « épreuves olympiques », Amélie Oudéa-Castéra est venue justifier la mesure.

Présente au tournoi de rugby des quartiers à Marcoussis (Essonne) ce vendredi, la ministre des Sports a indiqué, dans des propos rapportés par RMC Sports, qu’il y a « 7 % des résidences [étudiantes] en Ile-de-France, où les étudiants vont être concernés par le fait de laisser leur logement en juillet et août, pour tous les agents du service public qui sont indispensables à l’organisation des Jeux ».

Le 1er septembre, les étudiants pourront revenir dans leur logement

Tous les étudiants qui devront laisser leur logement bénéficieront « d’un logement à proximité, sans surcoût et en étant accompagnés s’il y a d’éventuels frais de déménagement à cette occasion », a assuré la ministre des Sports, qui demande que tout le monde fasse « des efforts pour que l’organisation des JO puisse être la plus fluide possible. On a vraiment essayé d’avoir la meilleure anticipation avec eux, de trouver des solutions pour chacun d’entre eux pour leur relogement, en les accompagnant financièrement et en faisant en sorte que dès le 1er septembre, chacun puisse revenir dans son logement. »

« Tous les ans, en Île-de-France, 30 % des logements Crous, soit 6.000 appartements, se retrouvent inoccupés durant l’été car les étudiants arrêtent leur bail pour des raisons diverses », rappelait Sylvie Retailleau, la ministre de l’Enseignement supérieur. Elle assurait, d’ailleurs que « 1.667 logements du village olympique et du village des médias », dont « 1.300 en Seine-Saint-Denis », vont être reconvertis en logements étudiants après les Jeux olympiques de Paris, à compter du « premier semestre de l’année universitaire 2024-2025 ».

Comments

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *