Dégringolade du rouble et dissident pourchassé

Vous avez raté les derniers événements sur la guerre en Ukraine ? 20 Minutes fait le point pour vous tous les soirs, à 19h30. Entre les déclarations fortes, les avancées sur le front et le dramatique bilan des combats, voici l’essentiel de la journée.

Le fait du jour

La Russie a accusé vendredi l’Ukraine d’avoir visé la veille à l’aide de drones une centrale nucléaire dans la région russe frontalière de Koursk. « Dans la soirée du 26/10/2023, une attaque de trois drones ennemis sur la centrale nucléaire de Koursk a été stoppée. Cet événement n’a pas affecté le fonctionnement de la centrale », a indiqué l’opérateur du site sur Telegram. « Le rayonnement de fond à la centrale de Koursk et dans la zone où elle est située est au niveau des valeurs naturelles », a poursuivi l’opérateur, précisant que l’attaque n’a fait « ni victimes ni dégâts ».

Le chiffre du jour

15 %. C’est le nouveau taux directeur de la Banque centrale russe (BCR) après l’annonce ce vendredi d’une quatrième hausse en un peu plus de trois mois. A titre de comparaison, les taux de la Banque centrale européenne sont compris entre 4 % et 4,75 %. « Il est nécessaire de resserrer davantage la politique monétaire », a justifié la BCR, dans le but de « ramener » l’inflation, actuellement à +6 %, vers « l’objectif […] de 4 % en 2024 ». Cette nouvelle hausse vise également à contrer l’affaiblissement du rouble. Vendredi, il fallait 92,6 roubles pour obtenir un dollar et 97,8 pour un euro, des niveaux presque aussi faibles que ceux de mars 2022, après le lancement de l’assaut russe en Ukraine.

La phrase du jour

Ce que je demande […] c’est que, dans la situation où nous sommes vis-à-vis de la Russie, on n’utilise pas ces contacts bilatéraux pour négocier des choses […] qui viendraient affaiblir l’unité qui est la nôtre. »

Emmanuel Macron a indiqué vendredi depuis Bruxelles qu’il n’entendait pas « juger » la rencontre entre le Premier ministre hongrois Viktor Orban et Vladimir Poutine. Mais il ne s’est pas montré emballé pour autant, craignant que cela n’affaiblisse l’Union européenne dans son soutien à l’Ukraine.

La tendance du jour

La justice russe toujours plus répressive envers les opposants. Le parquet russe va en effet requérir en appel trois ans de prison contre le dissident Oleg Orlov, a indiqué vendredi son organisation, l’ONG Memorial. Ce même parquet n’avait pourtant requis qu’une amende de 250.000 roubles en première instance, Oleg Orlov étant finalement condamné à payer 150.000 roubles (environ 1.400 euros). Une (relative) clémence qui avait surpris et que le parquet avait justifiée par l’âge de l’opposant, 70 ans, et son état de santé.

Mais le parquet a finalement fait appel de cette sanction et réclame désormais « trois ans de prison ferme », a annoncé Memorial, ONG co-lauréate du prix Nobel de la Paix 2022. Dans sa nouvelle réquisition, il justifie ce changement de position en soutenant que la sanction était « excessivement légère » et ne correspondait pas au « danger public » que représentait l’accusé.

Oleg Orlov se voit reprocher d’avoir manifesté contre l’offensive russe en Ukraine et d’avoir signé une tribune au vitriol contre les autorités russes intitulée « Ils voulaient le fascisme, ils l’ont eu », publiée par Mediapart. Biologiste de formation, Oleg Orlov a rejoint dès sa création, à la fin des années 1980, l’association Memorial, devenue un pilier de la quête de vérité sur les crimes de l’URSS et de la défense des droits humains dans la Russie post-soviétique.

Comments

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *